Le lagon néo-calédonien constitue la deuxième plus grande barrière corallienne continue au monde après celle d'Australie.
Une grande partie du récif corallien de la Nouvelle-Calédonie a été ajoutée lundi 7 juillet à la prestigieuse liste du Patrimoine mondial de l'Unesco, une première pour un territoire français d'Outre-mer.
Une importante délégation de l'archipel du Pacifique avait fait le voyage pour présenter cette candidature au comité du Patrimoine mondial de l'Unesco qui tient sa réunion annuelle jusqu'au 10 juillet, à Québec.
Le lagon néo-calédonien constitue la deuxième plus grande barrière corallienne continue au monde après celle d'Australie. La zone totale s'étend sur plus de 23.000 km2, mais celle reconnue lundi par l'Unesco se répartit sur six sites totalisant quelque 15.000 km2.
Il s'agit du 33e site français à figurer sur la liste du patrimoine de l'Unesco, mais seulement du deuxième uniquement naturel, après le Golfe de Porto, en Corse. Le Mont Perdu dans les Pyrénées est qualifié de site mixte, à la fois culturel et naturel.
lagon1lagon2